RDC : DEBUT DES ACTIVITES DU COMITE DE CONCERTATION DE L’ALPHABETISATION ET DE L’EDUCATION NON FORMELLE

vendredi 8 août 2014
popularité : 10%

En dates des 17 et 30 juillet 2014, se sont tenues en la salle des réunions du projet « Enfants Dits de la Rue » de la Banque Mondiale, « EDR » en sigle, aux Services Généraux du Ministère des Affaires Sociales, les premières réunions du Comité de Concertation de l’Alphabétisation et de l’Education Non Formelle (COMCON/AENF)

La première journée était consacrée à la brève présentation du Plan d’exécution 2014-2015 de l’AENF qui a été commenté par les participants présents dans le sens de réduire tant soit peu le nombre d’enfants hors d’école en République Démocratique du Congo car il y va de l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Un partenaire Technique et Financier a promis qu’il s’engagerait à apporter un appui conséquent à l’élaboration et à l’exécution du plan de l’AENF 2014-2015. Cette première journée avait l’objectif de valider le plan présenté par le consultant national et les experts du Ministère des Affaires sociales ; l’urgence est de retenir de ce programme présenté, les quelques points essentiels, notamment la formation initiale des alphabétiseurs (insuffisante et lacunaire), le mauvais statut de celui-ci, les programmes non vulgarisés,…

L’enquête qui devra suivre concernera sept provinces dont les critères de choix ont été échangés entre les participants.

La deuxième réunion avait abordé la planification des réunions et les thèmes du COMCON/AENF 2014-2015 dont le programme adopté a été formulé de la sorte :

-  La validation du plan des réunions du COMCON/AENF ;
-  Célébration de la Journée Mondiale de l’Alphabétisation, le 8 septembre 2014 ;
-  Production des données statistiques de l’EANF 2013-2014.

Le Secrétaire Général aux Affaires Sociales, Président de la réunion, n’a pas manqué d’insister sur le retard que connaît le COMCON/AENF par rapport à celui de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel et qu’il était important de multiplier les rencontres pour combler ce retard ; mais les contraintes financières risquent de déranger la tenue régulière des réunions.

La FENECO/UNTC était présente à toutes ces réunions

Zéphyrin GHILEMBE GASUGA